Posts tagged ‘lee pace’

2011/02/08

La Chute / The Fall

by Stéfany

S’il existe un film qui est parfait autant sur le plan de l’histoire que sur le plan cinématographique, c’est bien The Fall. Fan de belles choses comme je suis, j’ai acheté ce film car la population quasi-entière de Livejournal ne faisait qu’en discuter et je voyais des photos partout sur le net. Les photos m’avait accrochée, et voyant de si beaux décors et un acteur si incroyable dans le premier rôle, j’étais toute excitée à l’idée de voir ce film. Il n’existe aucun mot pour décrire ce que je ressens face à The Fall.

The FallSorti en 2008 – après, tenez-vous bien, 4 ans de tournage à 26 endroits dans 18 pays -, le film raconte l’histoire de la petite Alexandria (interprétée par la jeune romaine Catinca Untaru), patiente d’un hôpital de Los Angeles dans les années 20 pour un bras cassé. Elle rencontre Roy Walker (Lee Pace), un stuntman qui est incapable de marcher après un accident sur un tournage. Roy se met à raconter une histoire des plus spectaculaires à Alexandria, mêlant fiction et réalité, captivant la petite fille. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que Roy la divertit pour pouvoir, avec son aide, en venir à son but ultime…

Voici un court résumé de l’histoire, si court que la bande-annonce en dit même plus que moi. Mais je ne veux pas vous dévoiler l’intrigue.

Ce film est un délice du début à la fin, et ce sur tous les plans. Un des points les plus remarquables de ce film est, et je pense que tous ceux qui l’ont vu seront d’accord, la cinématographie. Il n’existe nul part un film plus beau que The Fall. Chaque plan, chaque angle de caméra semble être calculé à 100%. Le directeur, Tarsem Singh, a juré que le film ne contient aucun CGI, et cela peut parfois être dur à croire, mais lorsqu’on pense que le film a été tourné dans 18 pays… Il suffit de s’installer confortablement dans le sofa et, en deux heures, faire un petit tour du monde. Par exemple, la ville bleue, que l’on peut voir dans la deuxième partie du film, est en fait une ville indienne qui est littéralement bleue.

Mais lors de mon premier visionnage du film (car, oh, combien de fois aies-je regardé ce chef-d’oeuvre), c’est surtout la relation entre les personnages de Roy et Alexandria qui m’a marqué. Rien de mal tourné ein, la pauvre elle doit n’avoir que 6 ans. Mais j’ai vraiment apprécié la sincérité des scènes et l’amitié grandissante petit à petit entre les deux personnages. Et ne me parlez même pas de la fin… ceux qui verront le film sauront de quoi je parle. Les larmes, oh, les larmes. Je crois que le fait que la petite Catinca n’avait aucun dialogue précis à suivre a beaucoup aidé à transmettre toute l’émotion à travers l’écran.

Je note ce film 5/5 sans honte ni doute. Les critiques sont mitigées, mais pour moi, ce film est un miracle du monde du cinéma, et rien ne me fera changer d’avis. Bien qu’il ne soit disponible qu’en anglais (ou en langue indou, à vous le choix), je vous le recommande, les sous-titres sont là pour vous. Je vous laisse avec quelques images qui démontre, j’espère, la beauté du film.

read more »

Advertisements